Quand vos intestins disent « non »…

Pour en savoir plus : https://www.santenatureinnovation.com/quand-vos-intestins-disent-non/#moz  vendredi 3 juin 2016 – par Dr. Dominique Rueff

 

Chère amie, cher ami,

Vos magazines préférés vous montrent des jeunes femmes très minces sur des couvertures et vous incitent à perdre les quelques kilos disgracieux que vous avez accumulés …

Pour se renouveler, ces journaux inventent régulièrement des régimes différents : le « régime sans ceci » ou le « régime sans cela »…

Pendant quarante ans, j’ai vu défiler dans mon cabinet médical des femmes et des hommes qui avaient des problèmes de poids. Certains me demandaient quel régime choisir…

L’expérience m’a appris à bannir ces « régimes pour tous » pour tenter au contraire d’individualiser la nutrition de chacun. De la même manière, il faudrait d’ailleurs individualiser toute prescription médicale, mais c’est un autre débat…

Comment inventer un régime adapté à chacun ?

Pour cela, il faut d’abord analyser les carences (les déficiences nutritionnelles en vitamines, minéraux, acides aminés, acides gras…), et la tolérance personnelle aux nutriments, aliments, additifs, etc…

Ce phénomène de tolérance intervient au niveau de la paroi intestinale de l’intestin grêle. [1]

On parle aujourd’hui de « tolérance » : les aliments sont décomposés dans notre tube digestif et ces composants ne doivent pas agresser la paroi de notre intestin, sous peine, à la longue, de l’altérer physiquement.

Vous le savez, une bonne digestion, commence dans la bouche.

Nos parents nous le rabâchaient, et comme souvent ils avaient raison : il est capital de bien mâcher.

Pourquoi ? À travers la mastication, la salive joue un rôle essentiel dans le processus de digestion, qui se poursuit dans l’estomac et le haut de notre intestin (duodénum) où les enzymes hépatiques, biliaires et pancréatiques jouent un rôle capital.

Mais c’est au niveau de l’intestin grêle que la partie essentielle va se jouer.

En présence d’un aliment, notre système de défense va réagir de trois façons différentes :

-il le laisse passer sans réagir, l’aliment est reconnu et accepté.
-il réagit quand il ne reconnaît pas l’aliment et fait intervenir le système immunitaire. On parle alors d’hypersensibilité alimentaire.
-il réagit quand certains aliments contiennent des molécules qui entraînent des réactions toxiques non immunologiques : on parle dans ce cas d’intolérance alimentaire.
C’est impressionnant. Le système immunitaire de l’intestin grêle est le plus important du corps. Il est pourvu de cellules immunitaires sur toute sa longueur (5 à 7 m) et sur toute sa surface (environ 200 m² !).

La protection agit de 3 façons :

Un phénomène « d’exclusion » grâce à des anticorps de type IgA : les substances étrangères sont éliminées avant de passer la barrière intestinale.
Un phénomène « d’élimination » : certains agresseurs sont éliminés par les cellules du foie.
Un phénomène de « tolérance orale » par lequel certaines substances étrangères sont « tolérées ».
L’hyperperméabilité intestinale : la porte ouverte à de nombreuses maladies chroniques

L’intestin grêle est habituellement imperméable.

Théoriquement, aucune macromolécule ne peut donc le traverser sans avoir été au préalable décomposée en molécules simples. Cette imperméabilité est réalisée grâce à des jonctions serrées entre les cellules de la muqueuse intestinale.

Mais en réalité, cette étanchéité est rarement totale.

De faibles quantités de macromolécules arrivent à passer malgré tout. Pourtant on ne décèle pas, normalement, de réponse immunitaire : c’est ce que l’on nomme, dans ce cas, un phénomène de tolérance orale.

On le voit, en pratique, l’intestin grêle est donc souvent fragilisé.

Les coupables ? Certaines bactéries, des champignons (mycoses) ou parasites, mais aussi la présence de toxiques issus de notre environnement, comme des métaux lourds, des pesticides, des colorants, des agents conservateurs ou d’autres molécules étrangères à l’organisme (xénobiotiques). Certains traitements au long cours comme les anti-inflammatoires, les antibiotiques ou l’aspirine ne laissent pas indemne cette partie essentielle de notre organisme.

De la même manière, il semble que la présence trop fréquente d’alcool ou de ses dérivés induise, à la longue, une agression. Ces altérations provoquent une modification de la structure des cellules de la paroi intestinale (en anglais « tights junctions »), une aggravation en retour de la dysbiose (déséquilibre de la flore intestinale) et une diminution de l’étanchéité entre chaque cellule.

Certains aliments incomplètement digérés vont alors traverser « illégalement » la paroi. Le système immunitaire ne les reconnaît plus et va réagir de différentes façons, notamment par des réactions dites « allergiques ».

Ces hypersensibilités alimentaires ou allergies de type III qui nous gâchent la vie

Que se passe-t-il alors ?

Les aliments incriminés vont entraîner l’apparition d’anticorps du type IgG. Ces anticorps, contrairement aux IgE ne provoquent pas de manifestations cliniques immédiates.

Mais ils ne sont pas inoffensifs pour autant. Ils vont former avec l’aliment un « complexe immun » qui sera par la suite déposé dans certains tissus comme la peau ou les articulations.

Ces complexes immuns sont d’autant plus importants que l’aliment est consommé fréquemment et de façon répétitive.

Et c’est là que les problèmes deviennent criants : les dépôts augmentent et entraînent certaines maladies qu’on appelle « auto-immunes » (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite, diabète…).

Il faut le savoir. Un répit est possible !

L’arrêt, même momentané, de la consommation de ces aliments permet à l’organisme d’éliminer ces déchets et de retrouver un état quasi normal. Ce sont ces maladies que le docteur Jean Seignalet appelait d’un terme imagé : « maladies d’encrassage ».

 

Dr Rueff

intestins

Le ventre: notre deuxième cerveau

Émission du jeudi 21 juillet 2016

C’est le cerveau du bas. 200 millions de neurones, ce n’est pas rien ! Autant que dans la tête d’un chien ou d’un chat. Sans notre ventre nous serions bien peu de choses…

Après une petite introduction de promotion d’un magazine et un bon morceau de musique, débats et questionnements lors de l’émission de France Inter « Le débat de midi »avec:

Laurent Mariotte, chroniquer culinaire à France Info « A toutes saveurs »

Harry Sokol, Gastro-entérologue à l’hopital Saint Antoine APHP

Cécile Denjean, journaliste, auteure du documentaire « Le ventre, notre deuxième cerveau » (Arte, janvier 2014)

Joël Doré, directeur de recherche à l’INRA

Jean-Jacques Hublin, Paléoanthropologue, professeur à l’institut Max-Planck de Leipzig et au Collège de France

https://www.franceinter.fr/emissions/le-debat-de-midi/le-debat-de-midi-21-juillet-2016

Capture