Intolérance et teneurs en lactose de certains aliments

LES SOLUTIONS EN CAS D’INTOLÉRANCE AU LACTOSE

Quelles sont les solutions en cas d’intolérance au lactose ?

A défaut d’un traitement permettant de « guérir », c’est-à-dire de rétablir la production de lactase, le moyen le plus sûr pour éviter les troubles générés par l’intolérance au lactose consiste évidemment à exclure le « sucre du lait » de son alimentation. Malheureusement ce n’est pas aussi facile qu’il y paraît! En effet, le lactose est souvent présent là où on l’attend le moins: charcuterie, articles de boulangerie, potages, jus de fruits, céréales de petit-déjeuner et médicaments qui comportent fréquemment le lactose comme excipient.

Il est donc nécessaire de jeter un coup d’oeil sur la composition des produits alimentaires. Ce qui complique les choses pour les personnes intolérantes au lactose c’est qu’une composante d’un produit peut être elle-même constituée de plusieurs ingrédients sans que ces derniers soient mentionnés sur l’emballage (par exemple : préparation de fruits, caramel, etc.). En outre, selon certaines législations, il n’est pas nécessaire de déclarer comme ingrédient le lactose s’il ne dépasse pas un certain pourcentage. Lorsque le lactose est utilisé comme excipient (médicaments), il n’est souvent pas mentionné sur l’emballage. Les globules homéopathiques peuvent également être à base de lactose. Il ne faut pas hésiter de demander des précisions à votre pharmacien. Il a la possibilité de se renseigner le cas échéant auprès du fabricant ou de vous proposer une préparation garantie sans lactose.

Supprimer toute source de lactose n’est donc pas évident. La plupart des intolérants au lactose souffrent cependant d’une carence partielle en lactase et non d’une absence totale de cette dernière. Il est donc nécessaire de se faire une idée approximative de sa propre tolérance au lactose en consommant des produits laitiers et en observant ensuite l’apparition des symptômes. En faisant des essais individuels, il ne faut pas oublier que la sévérité des symptômes dépend de la quantité de lactase intestinale résiduelle, de la quantité de lactose consommée et des conditions d’ingestion (par exemple si le lactose est ingéré à jeun, avec ou sans autres aliments). Ceci explique que les symptômes peuvent varier de façon importante non seulement suivant les individus, mais également d’un moment à un autre. Les personnes avec une carence partielle en lactase peuvent donc privilégier la consommation d’aliments pauvres en lactose : yaourts « maison » (pas d’adjonction de poudre de lait dans le but d’augmenter la matière sèche), fromage à pâte dure, lait à teneur réduite en lactose par l’utilisation d’une lactase microbienne qui hydrolyse. Certains conseillent de boire des laits aromatisés, de consommer les produits laitiers accompagnés d’un autre aliment… A chacun de trouver ce qu’il tolère.

Pour ceux qui souffrent d’une intolérance au lactose sévère, l’exclusion du lactose de leur alimentation est la meilleure solution. Depuis qu’il existe des laits et yaourts délactosés, du fromage sans lactose, ainsi que de nombreux produits de substitution (produits à base de soja, laits végétaux), un régime sans lactose est devenu plus facile à réaliser et n’entraîne plus autant de privations.

Une autre solution consiste à corriger la quantité déficitaire de lactase par un apport en lactase synthétique. De tels compléments sont à prendre une demi-heure avant un repas « à risques » ce qui permettra en principe une digestion normale de produits contenant du lactose. Certaines personnes ont quotidiennement recours à l’apport de lactase sous forme de comprimés, poudre ou gouttes, d’autres ne choisissent cette solution que lors de repas au restaurant ou à l’occasion d’invitations où il n’est pas toujours aisé d’éviter la consommation de lactose. A partir du moment où on connaît l’origine de ses troubles, que l’intolérance au lactose est diagnostiquée, il est donc tout à fait possible de vivre « normalement » et d’apprécier même les joies de la cuisine.

Capture

source: http://www.sanslactose.com/

Beurre indien: le Ghee

Certains sont nostalgiques du beurre, si bon, dans les préparations… Voici de quoi vous en approcher:

  • faire fondre doucement le beurre,
  • enlever toute  la mousse (protéines + lactose) qui se forme,
  • verser dans un récipient hermétique l’huile formée,

Attention ne pas tout verser ce qu’il reste: il y a en dessous une couche aqueuse qui contient encore du lactose…

  •  conserver à température ambiante à l’abri de la lumière pendant autant de temps qu’il faut pour le consommer (plusieurs mois) … ^^

Pour plus de précision, cet article est très complet: ici

13467368_10208368524825398_431763548_o

Le lait, ce trait d’union entre maladies respiratoires récurrentes, allergies et mucus

Voilà tout est dit entre le lien qu’il y a avec le lactose et la caséine… Donc pas de produits laitiers vache ou autres animaux ni fermentés, ni transformés (délactosés, fermentés, beurre, et crème compris)…

http://www.onsaitcequonveutquonsache.com/le-lait-ce-trait-dunion-entre-maladies-respiratoires-recurrentes-allergies-et-mucus/?utm_campaign=coschedule&utm_source=facebook_page&utm_medium=On+sait+ce+qu%27on+veut+qu%27on+sache&utm_content=Le+lait%2C+ce+trait+d%27union+entre+maladies+respiratoires+r%C3%A9currentes%2C+allergies+et+mucus

 

Capture

Pour vous en convaincre un peu plus:

http://lachainedevv.com/les-produits-laitiers-passent-un-sale-quart-dheure-sur-france-2/

Capture

Mais alors où trouver ce calcium qui intervient tellement dans notre organisme?

Voici une partie de réponse:  http://www.onsaitcequonveutquonsache.com/ces-10-aliments-qui-contiennent-plus-de-calcium-que-le-lait/?utm_campaign=coschedule&utm_source=facebook_page&utm_medium=On+sait+ce+qu%27on+veut+qu%27on+sache&utm_content=Ces+10+aliments+qui+contiennent+plus+de+calcium+que+le+lait

Le marketing du « sans » : le prix qui cache l’arnaque

Beaucoup de produits « sans » fleurissent dans les rayons des supermarchés. Il est évident que cela facilite la vie de ceux qui ont des problèmes avec certains composants (j’en utilise aussi…). Mais cela ne doit pas nous aveugler ni nous enlever notre méfiance, il faudra toujours privilégier les aliments naturellement « sans ». Regardez bien les compositions, faites le tri, n’y a t’il pas trop d’additifs afin de garder les même propriétés? Ne pouvez-vous pas vous fabriquer un produits similaire plus sain et sécurisé?

Après les produits « enrichis en » le marché du « sans » surfe sur une vague soi-disant santé, ils ne nous veulent pas toujours du bien.

Il faut continuer à être vigilant malgré tout et user de d’astuces pour ne pas tomber les pièges industriels.

http://libredagir.fr/marketing-du-sans-prix-cache-arnaque

Capture