Comment se débarrasser des ballonnements et de la constipation rapidement

Les ballonnements sont un problème commun et très courant… Mais lorsqu’ils persistent, ils peuvent gâcher le quotidien à cause de la sensation d’inconfort particulièrement désagréable qu’ils génèrent… Heureusement, il existe des astuces naturelles pour éliminer ces désagréments. Voici quelques explications.

Les ballonnements, c’est quoi ?

Les ballonnements se caractérisent par un ventre gonflé au niveau de l’abdomen, entraînant une sensation de gêne. Ils sont dus à une quantité excessive de gaz dans le tube digestif (flatulences). La prise de certains médicaments ou une intolérance à certains aliments (qui perturbent la flore intestinale) peuvent être à l’origine de ces ballonnements.

Quels sont les aliments/ingrédients qui provoquent des ballonnements ?

Le sucre raffinose

Il s’agit d’un trisaccharide que l’on retrouve dans les asperges, le chou, le brocoli, les choux de Bruxelles, les haricots, etc. Il n’est pas digéré par l’estomac ni l’intestin grêle. Lorsqu’il atteint le gros intestin, il est partiellement fermenté ce qui provoque des gaz et flatulences. Vous devez manger des proportions modérées de ces catégories de légumes pour éviter les ballonnements et les gaz.

Les poires et les pommes

Certaines personnes à l’estomac sensible tolèrent mal la consommation de pommes et de poires. Ces fruits sont riches en fibres solubles, qui peuvent provoquer des ballonnements. Mais cela ne veut pas dire pour autant que vous devez les éliminer totalement de votre alimentation habituelle.

 L’oligosaccharide

Il s’agit d’une forme de sucre digestible que l’on retrouve dans les haricots secs. C’est pourquoi vous devez les faire tremper préalablement dans de l’eau avant de les cuire pour enlever une partie de ce sucre, responsable de gaz et ballonnements.

Les chewing-gums

Les ballonnements peuvent aussi se produire lorsque vous avalez trop d’air, en particulier si vous mâchez beaucoup de chewing-gums. Ils contiennent des édulcorants artificiels et des composants chimiques qui sont souvent à l’origine de problèmes gastro-intestinaux.

Les produits laitiers

En vieillissant, les produits laitiers comme les yaourts, le lait ou le fromage sont moins bien tolérés par l’organisme, d’où l’importance de réduire ce type d’aliment (préférer le lait de chèvre qui est mieux assimilé par l’organisme). Il y a aussi d’autres alternatives comme le lait d’amande ou de coco qui favorisent la digestion et sont mieux tolérés.

Les boissons gazeuses et la bière

Les boissons gazeuses et la bière provoquent des gaz et des ballonnements lorsqu’ils sont consommés en excès (veillez à réduire, ou mieux, enlever ce type de boissons de vos habitudes). La consommation d’aliments trop salés favorise aussi les ballonnements (petites quantités de sel qui s’accumulent tous les jours dans l’organisme).

De manière générale, les principales causes des ballonnements, de la constipation et des gaz sont les suivantes : une mauvaise alimentation (riche en gras), le stress et la présence de mauvaises bactéries dans l’intestin.

Voici une liste de quelques remèdes maison qui vont vous aider à vous débarrasser rapidement de vos ballonnements, grâce à leurs propriétés digestives pour traiter efficacement ces symptômes gênants.

Les graines de carvi

Ces graines possèdent des propriétés carminatives, c’est-à-dire qu’elles facilitent l’expulsion des gaz et préviennent leur formation. Les graines de carvi stimulent aussi la formation de bonnes bactéries dans l’intestin et favorisent même l’élimination de la graisse située autour de l’abdomen.

Le fenouil

Le fenouil possède des propriétés antispasmodiques (douleurs abdominales) et favorise une bonne santé du côlon, ce qui réduit les gaz et les ballonnements. Il diminue aussi les douleurs liées à la digestion, stimule les fonctions biliaires et apaise les muscles des parois de l’estomac.

L’ananas

Ce fruit tropical est très riche en protéines et en enzymes qui facilitent la digestion en réduisant les gaz et les ballonnements.

Le gingembre

Tout comme l’ananas, le gingembre contient des enzymes et des protéines qui stimulent l’appareil digestif et qui réduisent de manière significative les symptômes gastro-intestinaux comme les gaz et les ballonnements.

La camomille

Le thé à la camomille possède des propriétés anti-inflammatoires, carminatives et relaxantes qui vont avoir un effet apaisant sur les muqueuses de l’appareil digestif. Par ailleurs, la camomille est connue pour réduire le niveau de stress grâce à ses vertus relaxantes…

Le thé à la menthe poivrée

Le thé à la menthe poivrée est particulièrement efficace pour traiter les symptômes liés au syndrome du côlon irritable car il va apaiser les muscles des voies gastro-intestinales.

Le persil

Le persil est très efficace pour rafraîchir l’haleine fraîche et régler les problèmes digestifs. Il possède aussi des propriétés diurétiques qui permettent de réduire l’excès de fluides dans l’organisme, les ballonnements et les gaz provoqués par l’accumulation de sel dans le corps.

La papaye

Ce fruit tropical contient une enzyme appelée papaïne et qui est particulièrement efficace pour lutter contre les gaz, les ballonnements, et l’excès d’eau (à l’origine du phénomène de rétention d’eau).

Le citron ou le vinaigre de cidre

Si vous souffrez de ballonnements, prenez un peu de citron ou de vinaigre de cidre. Comment procéder ? Presser un demi-citron dans une tasse d’eau et boire le mélange, ou diluer 2 cuillères à café de vinaigre de cidre dans un verre d’eau. Ces ingrédients vont stimuler le suc digestif et vous aider à vous débarrasser de vos ballonnements gênants.

Capture

Publicités

Le régime sans gluten,sans lait et dérivés et sans FODMAPs

téléchargement    L’approche alimentaire des FODMAP a été développée par Sue Shepard, nutritionniste australiennene et son équipe , la Monash University of Melbourne. Cette diète a été décrite pour la première fois en 2005. Le mot FODMAP est en fait un acronyme pour désigner un groupe de glucides à chaîne courte présents dans certains aliments et qui sont faiblement absorbés procurant ainsi des substances servant à nourrir les mauvaises bactéries de l’intestin (SIBO nottament). Ce régime est  scientifiquement prouvé pour soulager les symptômes du syndrome de l’intestin irritable (SII).  En effet, cette diète permettrait un soulagement du syndrome de l’intestin irritable dans environ 75% des cas. La diète FODMAP limite les aliments contenant des glucides ou sucres qu’on dit « fermentescibles ». Ces glucides sont fermentés par les bactéries du côlo1915760_10208965599999552_3941149181647739281_nn et du grêle,  provoquant les symptômes de ballonnements, de gaz dont certains pouvant être toxiques pour l’organisme et de douleurs abdominales souvent caractéristiques du syndrome de l’intestin irritable (mais ces symptômes peuvent être très discrets).Ils vont être de surcroît responsable de l’hyper-perméabilité de l’intestin grêle.(Etude: http://www.hyssopus.fr/documents/pimentel_FBM_2004.pdf )

Le gluten:

gluten_symptomes-950x1384

Deux études récentes permettent de faire un lien entre sensibilité au gluten et fibromyalgie :

Etude °1: http://www.hyssopus.fr/documents/FBM_Gluten_1.pdf

Etude °2: http://www.hyssopus.fr/documents/FBM_Gluten_2.pdf

 

Les FODMAPs

En savoir plus sur les oligosaccharides

     Les oligosaccharides comprennent les fructanes et les galactans (galacto-oligosaccharides ou GOS). Les fructanes sont des chaines de quelques unités de fructose ayant un lien entre chaque unité qui n’est pas digestible chez l’humain. Ils sont faiblement absorbés dans l’intestin et se retrouvent donc à 99% dans le côlon. Par la suite, les bactéries du côlon les fragmentent et il y a alors une fermentation excessive chez les gens atteints du SII. Les galactans comprennent le raffinose et le stachyose.

En savoir plus sur les disaccharides (lactose)

     Les gens atteints de SII peuvent avoir une insuffisance en lactase qui est l’enzyme servant à la digestion du lactose. Par contre, plusieurs personnes toléreraient jusqu’à 6 g de lactose ou l’équivalent de 125 ml (1/2 tasse) de lait.

En savoir plus sur les monosaccharides (fructose)

     En tout temps, le fructose a besoin de glucose pour être absorbé. Son absorption est donc ralentie s’il est en excès par rapport au glucose. Environ une personne sur 3 dans la population générale aurait des difficultés à absorber le fructose. Par contre, certaines personnes auraient plus de difficulté à gérer ces excès de fructose, entres autres, les gens atteints du SII.

En savoir plus sur les polyols

     Les polyols (sorbitol ou sucre du boulot, xylitol, maltitol ou sucre du maïs,…) sont des sucres auxquels on a ajouté chimiquement un groupement hydroxyle Ce lien avec le groupement hydroxyle est plus résistant aux enzymes digestives. De plus, l’absorption des polyols est plus lente que le glucose. Les polyols sont utilisés en industries pour remplacer une partie du sucre car ils possèdent un pouvoir sucrant de 40 à 100% plus élevé que le sucre de table et qu’ils sont hypocaloriques (2 calories par gramme).

Le lait et ses dérivés

Le lactose

      Le lactose est un sucre naturellement présent dans le lait. Pour bien le digérer, il faut posséder une enzyme appelée lactase, dont les mammifères disposent à la naissance. Chez tous les mammifères terrestres, la production de lactase cesse presque complètement après le sevrage.

        Dans le cas des humains, cette enzyme décroît en moyenne de 90 % à 95 % au début de la petite enfance. Toutefois, certains groupes ethniques continuent à produire la lactase jusqu’à l’âge adulte. On dit de ceux qui n’en ont plus qu’ils sont intolérants au lactose : lorsqu’ils boivent du lait, ils souffrent à divers degrés de ballonnements, de gaz, de flatulences et de crampes.

 Capture

Selon les ethnies, la prévalence de l’intolérance va de 2 % à 15 % chez les Nord-Européens, jusqu’à près de 100 % chez les Asiatiques. Face à cette forte variation, les chercheurs se demandent toujours si l’absence de lactase après le sevrage constitue l’état « normal » et si sa persistance parmi les peuples européens serait une mutation « anormale » provenant de la sélection naturelle.

Les protéines (caséine)

     L’intolérance au lactose ne doit pas être confondue avec l’allergie aux protéines du lait qui touche 1 % de la population adulte et 3 % des enfants. Elle est plus grave et provoque des symptômes qui peuvent impliquer le système digestif (douleurs abdominales, vomissements, diarrhée), les voies respiratoires (congestion nasale, toux, éternuements), la peau (urticaire eczéma, « plaques enflées »), et possiblement causer des coliques, des otites, des migraines et des problèmes de comportement.
Les adultes allergiques doivent généralement s’abstenir complètement de consommer des produits laitiers. Chez les jeunes enfants, il arrive fréquemment que l’allergie soit passagère, le temps que le système immunitaire atteigne sa maturité, vers l’âge de trois ans. Après consultation d’un médecin, on peut faire des tentatives de réintroduction du lait tous les six mois pour vérifier si l’allergie est toujours présente.
12417794_986255768132003_8035314618893864583_n

 

Capture
Dans le livret mis à disposition par l’association Hyssopus il vous est expliqué toute les fondement de cette « diète »:

http://www.hyssopus.fr/documents/Livret%20Alimentation%20et%20Fibromyalgie.pdf

Cette association composées entre autre de médecins, continu à faire des recherches sur l’impact de ce régimes sur les patients fibromyalgiques.